Retour à l’Abbaye Normande

IMG_0208_Fotor

J’y ai mis les pieds la première fois un jour d’hiver ICI. L’envergure du bâtiment gris qui s’élevait devant nous était soutenu par ce ciel déprimé. Une atmosphère particulière, qui ne demandait qu’à être contemplée et photographiée. Mais une fois franchis le seuil, il était difficile de s’y aventurer plus. Le vent qui avait fait claqué brutalement la seule porte ouverte et issue possible du monastère m’a fait reculer de quelques pas. Un bruit sec, résonnant dans l’immensité du vide. On imagine presque la grandeur du monument. On était comme certain que quelqu’un allait nous répondre par ce même bruit plus lointain, à l’autre bout de l’aile du bâtiment. Retour express au camion.

Evidement, il fallait que j’y retourne. Une belle journée d’été, et nous voilà sur les routes environnées des bocages normands. Le monastère n’a pas perdu de sa carrure et est mis en valeur par une végétation luxuriante.

L’exploration se déroule facilement et je suis de plus en plus fascinée par l’architecture et les pièces que l’on y découvre. Une bibliothèque où l’on peut encore y trouver des pages d’ouvrages religieux, est notre première surprise. On y voit des étagères (qui devaient être accessibles par une échelle) séparées en différentes sections : Sectes, Mal ; Souffrance, Ange, Morale etc..

Toutes les chambres sont nommées par des noms de Saints, on les lit en les chuchotant tout en traversant les longs couloirs silencieux, et accompagné de nos bruits de pas les plus circonspects.

Les plus belles découvertes se dévoileront à nous en dernier. On se faufile parfois dans l’ombre, parfois dans la clarté, on entre dans des pièces qui mènent à d’autres : Les volets fermés, dans la pénombre et au fond dans l’encadrement de la porte, la lumière du jour qui présente un joli piano mécanique. Il jouait autrefois de la musique automatiquement, grâce à des rouleaux de papier perforé que l’on pouvait voir dispersés sur le sol, semblables à ceux des Orgues de Barbaries.

Puis, plus tard, on entrera par une petite porte pour pénétrer dans l’abbaye.

Je regrette d’avoir communiqué l’adresse du lieu sur l’autre article, on me l’a d’ailleurs reproché et tant mieux. J’espère qu’il n’a pas été plus endommagé. D’après un autre commentaire on pouvait aussi voir un « cimetière Halloweenesque ». C’est vrai, et merci pour ces messages 🙂

IMG_0176_Fotor

 

IMG_0189_Fotor

 

IMG_0004_Fotor

 

IMG_0015_Fotor

 

IMG_0027_Fotor_Fotor

 

IMG_0016_Fotor

 

IMG_0020_Fotor

 

IMG_0039_Fotor

 

IMG_0044_Fotor

 

IMG_0046_Fotor

 

IMG_0061_Fotor

 

IMG_0066_Fotor

 

IMG_0097_Fotor

 

IMG_0009_Fotor

 

IMG_0098_Fotor

 

IMG_0050_Fotor

 

IMG_0052_Fotor

 

IMG_0059_Fotor

 

IMG_0060_Fotor

 

IMG_0072_Fotor

 

IMG_0071_Fotor_Fotor

 

IMG_0079_Fotor

 

IMG_0091_Fotor

 

IMG_0103_Fotor

 

IMG_0114_Fotor

 

IMG_0145_Fotor

 

IMG_0161_Fotor

 

IMG_0166_Fotor

 

IMG_9986_Fotor

 

IMG_9994_Fotor

 

IMG_0210_Fotor

 

IMG_0214_Fotor


5 réflexions sur “Retour à l’Abbaye Normande

  1. Les photos de tes deux articles sont superbes 🙂
    Je connais très bien ce lieu car ma maman vit dans ce village !
    Ça fais des années que j’ai envie d’y rentrer ! ^^
    L’accès à l’intérieur est facile ?

    J'aime

    1. Hello, merci à toi 🙂 Il faut absolument y aller, un jour ensoleillé c’est mieux, c’est plus rassurant ;p Le lieu a l’air pas mal visité donc l’accès est facile mais on peut s’y faire peur à plusieurs ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s